Optimisation et flexibilité

L’informatisation a élu domicile dans l’entreprise pour l’aider à être plus flexible tout en optimisant son fonctionnement.

optimiser: mot si commun et si convenable, teinté de modernisme anglicisant, qu’il a remplacé les rustiques mots « économie » et « réduction ». 

A l’aide de programmes informatiques connectés à tous les systèmes disponibles, des sociétés de prestation font miroiter de réelles et sonnantes optimisations. Il en est des organisations de voyages pour cadres en missions en d’autres lieux que leurs bureaux. Il est maintenant possible de trouver par ces systèmes LE transport le moins cher, qui fera économiser tant à l’entreprise.

Pour exemple, prenons ce Directeur du siège d’une de ces très grandes boites du CAC40. Imaginons qu’il veuille se rendre dans le pays voisin, à 1h30 d’avion. Il lui faudra d’abord prévoir ses transports au moins 3 semaines à l’avance. Le système résistera à toute tentative de déplacement plus rapide, urgences comprises. Ce délai est celui du bénéfice des réservations prises longtemps à l’avance à prix avantageux… qu’ils disent.

Il prévoira de partir la veille au soir pour être opérationnel dès le lendemain matin. Il y sacrifie sa soirée familiale, mais c’est le job. C’est sans compter la sagacité des programmes électroniques, cherchant vers les compagnies de transport l’opportunité la plus rentable. Ainsi, il s’est retrouvé à devoir partir à 9h30 la veille de sa visite parce que le voyage représentait quelques euros de moins que le vol de fin de journée. Soit une journée de travail perdue, sauf à bricoler entre siège de salle d’attente et hall d’hôtel en attente de chambre disponible. Rentabilité du cadre en chute libre.

La contrariété est pondérée par l’entêtement des grandes boites d’user le mot « flexibilité » pour vous faire admettre « qu’être moderne, c’est être flexible », au risque pour le sceptique d’être laissé au bord de la route de la modernité, et de l’entreprise aussi. La flexibilité » ne s’applique qu’aux travailleurs. Les machines ne pouvant pas, elles, être flexibles.

flexibilité: soumission de l’homme par un concept vendant la modernité

Dans les modes des grandes entreprises, on se copie en appelant cela innovation. Toutes appliquent les mêmes outils, convaincues des mêmes gains. Dans les compagnies de transport, les prix varient selon la demande. A ce rythme, les voyages des heures creuses, remplies de têtes blanches à l’affut des bonnes affaires et disposant de temps, deviendront les heures pleines de costumes pressés avec ordinateurs sous le bras.

Dans combien de temps les intelligences des calculateurs de prix des voyages identifieront les milieux de journées comme les plus demandés et y appliqueront les prix les plus élevés? Combien d’années ou de mois pour que les débuts et fins de journées deviennent alors les moins chers et que les logiciels des entreprises décident donc qu’il sera plus économique de partir en fin de journée?

Ce directeur des Achats qui se gargarise de ce programme d’optimisation des voyages professionnels, convaincu de son choix et de ses gains, a t-il réfléchi aux autres conséquences de cette optimisation? Les quelques dizaines d’euros économisés pour le vol compensent-ils la perte d’une journée de travail, le coût de la rémunération de ce directeur?

Que dire de l’émotion face au choix d’une machine que vous ne pouvez contredire? d’une machine qui décide de l’usage de votre temps, qui vous impose votre emploi du temps?

Les Temps Modernes reviennent.

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

A La Bonne Herbe |
ILLUPO |
asldgp91 debug |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Diogenedesynope
| Unautredemainaujourdhui
| Liberté par le savoir