22 ans d’écart – trace écrite

30 octobre 2018

22 ans, majorité révolue

Tu aimais lire. Les livres remplissaient nos rayonnages bricolés. Ils occupaient la plus grande place de notre logement. Tes favoris étaient les Stephen King mais aussi 1984. Tu as parlé longtemps de La guerre des Gaules de Jules César. Chaque mois, tu te rendais chez ton libraire particulier pour trouver les publications confidentielles de motards. Bien sûr, nous additionnions des livres sur les impressionnistes. Combien de fois avons nous ouvert ce grand et épais livre mappemonde détaillant la planète, les états d’URSS, jusque dans ses villages? Tu étais fier de l’encyclopédie Diderot et D’Alembert dans laquelle tu te perdais pour reconnaître les détails architecturaux des vieux bâtiments.

Plus que tout, l’impression sur papier était ton métier.

Aujourd’hui, les écrans se substituent au papier. Inutile de se déplacer à la bibliothèque, à la gare, dans le magasin. Tout est sur écran, encore plus détaillé que sur place. Bien sûr, le web a volatilisé de nombreuses frontières. Facile aujourd’hui d’organiser son voyage aux antipodes, allongé sur son canapé et même d’acheter le ticket de bus de là-bas.

web: boite de stockage ou bibliothèque intensément gigantesque, accessible à tous ceux qui ont payé un fournisseur d’accès pour pouvoir consulter.

Le clavier remplace le stylo. Le devoir d’école rédigé et envoyé par voie électronique prend doucement la place de la copie papier. On se pose la question de savoir si les enfants de 2020 auront besoin d’apprendre à écrire? AZERY est challengé puisqu’il n’y a plus de raison de positionner ainsi les lettres. Les armoires disparaissent des bureaux.  Plus rien à y ranger. Le catalogue du fournisseur posé sur l’étagère n’est plus. Le livre se vend sur support électronique. La boîte aux lettres ne collecte plus que quelques lettres officielles et de la publicité, de temps en temps. On écrit par mail. Plus de fiche d’horaire des trains à mettre dans son sac puisqu’elles n’existent plus. Tout est sur l’écran du téléphone rangé dans sa poche.

Progressivement, tous les écrits et les savoirs se concentrent dans des serveurs. On a créé un tiers « fournisseur d’accès » sans lequel il est impossible d’accéder à l’information recherchée, même chez le créateur. La dépendance pour accéder à l’écrit est maintenant totale.

Au grès des changements d’appareils, nous faisons disparaître le passé.

Il est maintenant aisé de savoir ce que chacun consulte, d’où il opère, à qui il parle, à qui il écrit, ce qu’il rédige. On analyse les cheminements mentaux du piannoteur de clavier. On s’approche du rêve de mettre chaque individu en carte perforée pour savoir à l’avance ce que ce dernier pourrait décider.

L’histoire nous a montré l’importance de l’écrit pour développer ou contraindre individus et populations. L’accès aux livres est combattu lorsqu’une pression veut être exercée sur une population. Des états très regardants ont déjà trouvé l’option « coupure d’accès » à l’échelle d’un pays pour interdire la consultation des informations, leur propagation et les échanges entre personnes. Un ordre puis une manœuvre interrompent instantanément l’accès à plus d’un milliard d’individus.

Des obligations se précisent pour que les « hébergeurs » agissent en censeurs des contenus.

« hébergeur, fournisseur d’accès » : société tiers qui capte tout ce que chacun veut partager gratuitement et qui le restitue moyennant ta mise à nue, qu’il revend au plus offrant.

Imagine-t-on le savoir du présent sans avoir pu consulter et lire les écrits des siècles antérieurs ? Leur dispersion géographique et leur forme physique étaient garantes d’une pérénité. La substitution du papier par des supports électroniques est en cours de faire disparaître tous les supports imprimés et écrits. Quelles traces écrites resteront accessibles à nos descendants, dès une ou deux générations pour s’imaginer notre quotidien ?

Quelle dépendance est-on en train de créer de manière qu’une poignée d’individus détiennent tout le contenu et le choix de ce qui est mis à disposition, voire l’interdiction d’accès au monde entier?

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

A La Bonne Herbe |
ILLUPO |
asldgp91 debug |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Diogenedesynope
| Unautredemainaujourdhui
| Liberté par le savoir